+ 243 99 4223128

Accueil » Actualités » Mémo sur l’infection au virus de l’Hépatite B

Mémo sur l’infection au virus de l’Hépatite B

35 participants au total ont pris part à cette formation animée par Dr Parvine BASIMANE BISIMWA, chercheur en maladies infectieuses et assistante à la Faculté de Médecine.

Après avoir animé une formation dans le cadre du  projet de renforcement de qualité de l’enseignement à l’UEA, sous sa rubrique Renforcement des compétences féminines, le Dr Parvine BASIMANE BISIMWA, chercheur en maladies infectieuses et assistante à la Faculté de Médecine poursuit ses recherches sur l’infection au virus de l’Hépatite B .

L’objectif principal de cette formation est de contribuer à l’information sur l’existence du virus de l’Hépatite B.

Les objectifs spécifiques  sont entre autres:

  • Renforcer l’information sur cette maladie ;
  • renforcer la sensibilisation sur les moyens de contamination et les moyens de lutte contre la maladie afin d’éviter les nouvelles infections  et proposer quelques stratégies de résilience permettant de vivre avec la maladie et de vivre avec les malades.

De l’hépatite virale chronique : L’hépatite est une inflammation des cellules de foie, un organe très capital dans l’organisme. C’est le cimetière de globule rouge, comme une plaie au niveau du foie.

Cette infection au virus de l’hépatite B est une maladie qui a été longtemps oubliée dans notre milieu alors qu’elle tue des milliers de personnes. 12/100 malades consultés par mois en médecine interne à l’Hôpital de Panzi présente une hépatite virale B dont environ 8 sont au stade de cirrhose. Cinquante pourcent de ces cas de cirrhose évoluent vers un CHC.

Pourquoi nous devons rester si silencieux devant une maladie virale qui entraine des dégâts irréparables, considérée aujourd’hui comme «  bombe à retardement » qui ravage nos proches et dont les traitements sont difficiles à trouver dans notre milieu. Cette infection qui est 100 fois plus infectieuse que le VIH avec qui  elle partage les mêmes voies de contamination, n’épargnera  personne dans nos familles et dans notre entourage ;

Protégeons donc  notre santé, celle de nos familles  et de notre entourage. Un dépistage régulier nous permettra de savoir si nous sommes déjà porteurs de la maladie. Si oui, dépistons nos familles et notre entourage et vaccinons-les.

Les stratégies de lutte et de résilience contre cette maladie :

  1. Se faire dépister pour se rendre compte de l’état de santé de tout un chacun afin de prendre des précautions selon le résultat
  2. Limiter les nouvelles infections et orienter les malades déjà infectés à l’Hôpital pour des soins appropriés.

Y a-t-il une solution ? 

  • Prévention 

La vaccination sur base des résultats de dépistage

La prévention de la transmission est une priorité chez tous les enfants, les femmes enceintes et d’autres groupes à risque par la vaccination systématique. Un programme de sensibilisation et de dépistage doit être intégré dans les soins de santé primaires.

  • Traitement

Les personnes porteuses du virus de l’hépatite B doivent être suivies médicalement pour limiter la progression de la maladie vers le stade de cirrhose et de cancer du foie. Une fois le traitement fait des antirétroviraux est indiqué, le malade le prendra à vie sans interruption.

  • Stratégie de résilience
  • Modifier le comportement de vie tous les jours,
  • pas d’aliments riches en graisse,
  • Régime à base des fruits
  • Eviter l’obésité par une activité physique régulière, réduire la consommation des graisses, du sucre et du sel
  • Stopper la consommation de l’alcool
  • Iinformer les plus proches qu’ils se fassent vacciné
  • Mode de vie et comportemental :
  • Eviter tout contact direct avec le sang,
  • Eviter les rapports sexuels avec les partenaires multiples,
  • Pas de partage d’objets de toilette, tranchants comme le ciseau, coupe-ongle, tondeuse, aiguille, seringue, brosse à dent,…

Un groupe des enseignants de l’UEA a initié pour la lutte contre l’hépatite virale « Action Nohep (Non à l’hépatite) »,    Cette « Action Nohep » vous aidera à accéder aux informations nécessaires dans la lutte contre cette maladie. Ses actions sont basées sur le renforcement des connaissances sur la maladie, la sensibilisation au dépistage et à la vaccination, les moyens de résilience pour vivre avec la maladie et avec les malades. Des recherches préliminaires sont en cours et sont focalisées d’abord sur les personnes à haut risque. Les recherches approfondies nécessitent votre appui financier et un accompagnement de proximité  pour aboutir à des résultats durables)

Pour plus d’information au groupe Nohep, adressez-vous au:

Bureau de recherche à la faculté de Médecine de l’UEA

Téléphone : (+243) 977785982/ 840803007

E-mail : medaction.nohep@gmail.com

Print Friendly