+ 243 99 4223128

Accueil » Description des modules

Description des modules

  • Méthodes de recherche en psychologie clinique (6 crédits)

Ce module cherche à rappeler les différentes méthodes de recherche, quantitatives et qualitatives et leur application à la psychologie clinique. L’étudiant devra être capable d’identifier et comprendre les paradigmes qui sous-tendent les recherches en psychologie clinique et en psychothérapie, la possibilité de leur application, leurs avantages et leurs limites. Il devra maîtriser l’application des méthodes et techniques appropriées à l’étude de cas concrets en psychologie et psychothérapie, en obéissant, avec rigueur, à la démarche scientifique et aux prescrits éthiques et déontologiques. Il sera en mesure d’analyser de façon critique les méthodologies utilisées dans les études, articles et autres rapports scientifiques réalisés et publiés dans le domaine de la psychologie clinique et de la psychothérapie. Enfin il lui faudra produire un projet de recherche, prélude à l’élaboration définitive de son projet de mémoire.

  • Psychophysiologie et Neuropsychologie clinique   (6 crédits)

Le module constitue une introduction aux concepts de base de la psychophysiologie et de la neuropsychologie contemporaines. Il est centré sur les mécanismes attentionnels, mnésiques et visuels abordés sous l’angle psychophysiologique (mécanismes de la plasticité et de l’apprentissage, interaction des variables génétiques et épigénétiques, mécanismes du filtrage attentionnel, etc.) et neuropsychologique (effet des lésions cérébrales sur le fonctionnement cognitif et le comportement), par les modèles animaux, l’analyse de cas de patients cérébrolésés et les techniques d’imagerie fonctionnelles.

Au terme de cette formation, l’étudiant aura acquis une compréhension des mécanismes psychophysiologiques des fonctions cognitives de base, une connaissance et un regard critique sur les méthodes d’enregistrement des fonctions cérébrales permettant d’établir un lien entre le comportement et les fonctions cognitives, de comprendre la pathologie du comportement et de la cognition consécutive à une lésion cérébrale chez le sujet humain. Il devra maîtriser les instruments de l’évaluation en neuropsychologie, particulièrement dans le cadre de l’expertise médico-légale.

  • Psychopathologie : enfants et adolescents (6 crédits)

Cet enseignement présente les principaux troubles psychiques, d’apprentissage et de développement du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent (description des syndromes, modèles théoriques, hypothèses étiologiques, évaluations psychopathologiques et modalités de traitement) selon les systèmes de classification internationaux des troubles mentaux. Chacun de ces troubles est illustré par la présentation de cas et de vignettes cliniques illustrant les différents types de troubles, la problématique, les symptômes, et les différentes approches théoriques permettant de les analyser et de les interpréter pour ensuite organiser des interventions appropriées.

  • Psychopathologie : adulte et 3e âge (6 crédits)

Cet enseignement rappelle les définitions de la psychopathologie, les principaux concepts qui y sont rattachés, ainsi que les repères historiques liés à son développement. Les différentes approches théoriques de la psychopathologie et leurs applications sont également présentées en se penchant sur le DSM V. Ensuite, l’enseignement développe l’étude de la personnalité et ses troubles, des conduites addictives, du vieillissement et de la gérontologie, des mécanismes de défense et de coping. Les troubles liés à l’anxiété, la dépression, les psychoses et autres comorbidités, ainsi que le stress post-traumatique seront particulièrement approfondis, compte tenu du contexte des violences diverses en République Démocratique du Congo.

  • Systèmes écologiques et Développement Humain   (6 crédits)

Il est important de réfléchir sur le système humain dans lequel l’individu se meut, de placer cette réflexion dans la perspective du développement humain, de la construction de la famille, des différents systèmes dans lesquels est impliqué et s’implique l’être humain. Cette réflexion doit être interdisciplinaire, c’est-à-dire faire appel aux théories psychologiques, systémiques, anthropologiques, sociologiques, historiques et culturelles. Elle doit aussi s’appliquer à la réalité de la société congolaise multiethnique et en mouvement dans une perspective comparative, en illustrant ces comparaisons par des cas concrets empruntés à la psychopathologie et à la psychothérapie dans le contexte africain en général, congolaise en particulier.

  • Psychodiagnostic et évaluation (6 crédits)

Il s’agit de la maîtrise des théories et des pratiques de l’évaluation faisant consensus en psychologie clinique de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte, du couple et de la personne âgée. L’étudiant doit savoir appliquer les techniques d’entretien clinique. Il doit dominer les principaux tests et mesures d’évaluation en psychologie clinique ainsi que les techniques d’administration, cotation et interprétation des résultats. Cette évaluation psychologique se caractérise par le choix d’un modèle d’évaluation, l’observation et la démarche inférentielle, le diagnostic psychologique et le rapport d’évaluation. Elle se réalise dans le respect absolu des principes d’éthique et déontologie professionnelle.

  • Psychologie de la Santé (6 crédits)

La psychologie de la santé aborde les concepts de santé et environnement, maladies psychosomatiques, maladies chroniques, sexualité et ses troubles. Il développe différents modèles donnant un autre regard sur la psychopathologie dans le domaine des troubles somatiques, la prévention des maladies, la promotion et le maintien du bien-être somatique et psychique.

Des notions fondamentales telles que le stress, le soutien social, le contrôle, la représentation de la santé et de la maladie et les stratégies d’adaptation (ou de coping) seront abordées sur le plan théorique dans un premier temps, puis dans une perspective plus appliquée à travers différentes maladies somatiques et leur prise en charge biopsychosociale, culturelle et spirituelle.

Le thème de la sexualité sera traité dans ses composantes anatomophysiologique (la reproduction et la réaction sexuelle) et psycho-physiologique (les diverses étapes de la sexualité dans l’existence et la critique du déterminisme biologique de l’identité et de l’orientation sexuelles) et régulation et pathologie de la reproduction (fertilité et infertilité, contraception, maladies du système génital). Il ne s’agira pas d’être capable de prendre ces pathologies en charge mais de les comprendre et de pouvoir orienter et soutenir celles et ceux qui en souffrent.

  • Psychothérapie psychanalytique
Cette formation poursuit un double objectif : Approfondir la connaissance de la théorie analytique inséparable de la méthode qui permet d’accéder aux formations de l’inconscient. Et permettre, à partir de l’enseignement de Freud et de ses disciples, de questionner la clinique et d’analyser les pratiques, qu’elles soient psychologiques, psychiatriques psychothérapiques ou psychanalytiques.

A l’issue de leur formation, les participants devraient être en mesure d’assurer un processus thérapeutique, tant dans un contexte ambulatoire qu’en institution, selon une conception psychanalytique, en utilisant les outils théoriques (notions et concepts fondamentaux) et cliniques appropriés.

Ceci implique d’acquérir et approfondir des compétences spécifiques et des connaissances dans le domaine de la psychothérapie psychanalytique au moyen

–          D’échanges entre pairs, de réflexions critiques et d’élaborations théoriques,
d’une démarche exploratoire de sa propre pratique,
– De l’intégration de la théorie, de la clinique et de la recherche dans le domaine de la psychothérapie psychanalytique,

–          Du questionnement des interfaces entre la psychothérapique psychanalytique et d’autres domaines de connaissance (santé publique, médecine somatique, neurosciences, éthique…),

–          De l’élaboration entre pairs des questionnements que suscite la pratique de la psychothérapie psychanalytique,

–          De la prise en compte de l’évolution des connaissances, en particulier dans le domaine des neurosciences et dans le domaine des traitements médicamenteux.

  • Psychothérapie systémique

Il s’agit, dans un premier temps, d’aborder les enjeux théoriques des thérapies familiales relevant du courant systémique : théorie des systèmes, approche systémique de la communication, différentes approches systémiques de la famille. Le deuxième temps sera consacré à la clinique familiale : analyse de la communication et du fonctionnement du couple et de la famille, cycle vital, modifications de la famille au cours du temps. Enfin il sera question des ressources et des compétences familiales et des enjeux thérapeutiques.

Il sera important de mettre en pratique ces concepts que ce soit au travers de l’analyse de scènes familiales filmées, de séances de thérapie familiale ou de couple, et de jeux de rôles.

Dans une société où les fondements de la famille ont été sérieusement entamés, la thérapie familiale prend toute son importance pour espérer reconstruire une société moins problématique basée sur une prise en charge approfondie des couples et des familles.

  • Thérapie Cognitivo-Comportementale   (6 crédits)

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) représentent l’application des principes issus de la psychologie scientifique à la pratique clinique. Ces thérapies ont été fondées dans un premier temps sur les théories de l’apprentissage : conditionnement classique, conditionnement opérant, théorie de l’apprentissage social. Puis elles ont également pris pour référence les théories cognitives du fonctionnement psychologique, en particulier le modèle du traitement de l’information. On parle actuellement de thérapies comportementales et cognitives, ou de thérapies cognitivo-comportementales.

Ce courant psychothérapeutique est bien connu pour son efficacité particulièrement élevé dans le traitement de toutes formes de psychopathologies manifestées par les survivants aux violences sexuelles et autres traumatismes. Son application devra tenir compte de différentes variantes qui permettent de mieux évaluer et traiter différentes pathologies dans une attitude d’empathie et d’écoute bienveillante de la représentation culturelle de la souffrance.

  • Psychopharmacologie (6 crédits)

Ce module vise à fournir à l’étudiant des connaissances d’appoint sur les psychotropes utilisés en milieu clinique dans le traitement des troubles affectifs, comportementaux et cognitifs. Il s’agit de revoir les principes généraux de psychopharmacologie; de comprendre les mécanismes d’action, les bénéfices et les limites des différents psychotropes utilisés en milieu clinique dans le traitement des psychopathologies ; d’établir des liens entre la psychopharmacologie et la pratique professionnelle des psychologues : les concepts sous-tendant les traitements médicamenteux des troubles mentaux et la place des psychothérapies.

L’étudiant doit être capable de décrire les principaux psychotropes (comme les antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques, neuroleptiques, stabilisateurs de l’humeur, stimulants, les agents stimulant/augmentant les fonctions cognitives), leur classification, leurs actions pharmacologiques et cliniques, leurs principales indications thérapeutiques, leurs inconvénients et les limites de leur prescription.

Il doit aussi s’intéresser à l’étude des principes actifs des produits utilisés par les guérisseurs dans leur traitement des pathologies mentales. Ceci doit se réaliser dans un esprit d’ouverture et d’une meilleure compréhension de leur apport et des conséquences et limites de leur prise en charge de la population souffrante.

  • Pratiques thérapeutiques dans le Contexte africain (6 crédits)

La culture influence les modalités relationnelles, la rencontre intersubjective et la construction psychique. Des connaissances théoriques articulées avec des situations cliniques permettront de mettre en évidence l’implication de la culture dans la compréhension des phénomènes psychiques afin de faire part du culturel et du pathologique.

Les étudiants seront formés à une pratique clinique anthropologique, c’est-à-dire tenant compte du contexte de pluralisme thérapeutique qui caractérise les sociétés africaines actuelles. Celles-ci sont, en effet, en lutte pour conserver leurs traditions tout en étant ouvertes aux transformations scientifiques et technologiques. Il est important de comprendre les pratiques thérapeutiques africaines pour mieux les confronter à la définition de la santé par l’OMS et à la théorie systémique qui implique les familles et les communautés dans le processus thérapeutique.

  • Stage et Séminaire d’accompagnement du Stage (24 crédits)

Le stage en psychologie clinique est le moment privilégié de confronter les théories apprises lors des modules théoriques à la pratique. Il s’agit d’apprendre concrètement la réalité professionnelle à travers multiples activités d’accueil, entretien, évaluation psychologique, planification et intervention psychothérapeutique. Le stagiaire est sous la responsabilité d’un psychologue expérimenté dans l’institution de stage et d’un superviseur membre du corps académique et scientifique de l’Université. Des séminaires d’analyse de cas cliniques d’enfants, d’adolescents, d’adultes et de personnes du 3e âge seront organisés par le superviseur qui réalisera aussi des séances de coaching individuel ou en groupe.

A la fin, l’étudiant doit élaborer un rapport de stage de 30 pages, où il se positionne en futur professionnel. Après avoir brièvement présenté le type d’institution dans laquelle s’est déroulé son stage et précisé le cadre réglementaire où elle s’inscrit, l’étudiant indique les activités auxquelles il a participé ou qu’il a conduites et la façon dont il s’est positionné dans l’institution. Il choisit ensuite de travailler une problématique clinique ou psychopathologique qui varie selon le stage effectué et les questions issues du terrain. Il rend compte des problèmes éthiques et déontologiques qu’il a éventuellement rencontrés. Enfin, il consacre 3 à 4 pages à son autoévaluation en situation préprofessionnelle. Pour des raisons éthiques évidentes, la confidentialité est de règle à l’égard du personnel de l’institution de stage et des personnes qui y sont reçues ou traitées. Et ce rapport de stage est soumis à l’approbation écrite de cette institution.

Il devra enfin préparer le projet de mémoire auquel il consacrera le 4e semestre et dont la défense mettra un point final à cette formation de Département en Psychologie Clinique.

  • Mémoire Séminaire d’accompagnement du Mémoire (24 crédits)

La formation par la recherche est un des éléments clés de la formation des psychologues. Sous l’encadrement du superviseur de mémoire, le projet préparé à la fin du stage doit être approfondi durant le premier mois du 4e semestre. Un Travail d’Etude et de Recherche sera élaboré par l’étudiant et qui consiste à parcourir toutes les étapes d’une recherche en psychologie comprenant la problématique, les questions de recherches, les objectifs, la révision de la littérature, la définition du cadre théorique et de la méthodologie adaptée à son projet. Le reste des mois sera consacré à la collecte et l’analyse des données ainsi qu’à l’interprétation des résultats. Les données peuvent provenir ou non de la pratique clinique durant le stage. Le mémoire est accepté après avoir été déposé au Département et défendu dans les délais réglementaires.

Ce processus d’élaboration du mémoire est accompagné par des séances de séminaire où les étudiants présentent régulièrement l’avancement de leurs travaux et reçoivent un feedback d’autres étudiants et de leurs superviseurs.

Print Friendly