Lutte contre les violences communautaires en milieux universitaires, UEA : «ceux qui veulent la paix doivent investir dans la paix »


Ce mardi 24 juillet 2018 l’Université Evangélique en Afrique (UEA) a recu la conférence de sensibilisation sur la réduction des violences en milieux universitaires dans la province du Sud-Kivu en vue de promouvoir une cohabitation pacifique dans les institutions supérieures et universitaires.

Cette conférence, organisée par le Centre Africain de Paix et Gouvernance (CAPG) et appuyé financièrement par la MONUSCO, est  en faveur des acteurs universitaires pour lutter contre les violences communautaires dans leurs milieux au Sud-Kivu. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de l’accompagnement de la jeunesse estudiantine dans la célébration de la fin de l’année académique 2017-2018.

Comme celle de l’Université Catholique de Bukavu (UCB), cette conférence de l’UEA a connu deux exposés introductifs introduisant les échanges très constructifs pour favoriser la cohabitation pacifique dans les universités. Celui du professeur Godé MUZALIA, professeur et coordonnateur du Groupe d’Etudes sur les Conflits et la Sécurité Humaine (GEC-SH) /CERUKI/ISP-Bukavu qui a porté sur « Les conflits dans les milieux universitaires » et Celui de Bienvenu Karhakubwa, assistant à l’UEA et président du Centre Africain de Paix et Gouvernance (CAPG), qui portaient sur les mécanismes pacifiques« Mécanismes pacifiques de règlement des conflits en milieux universitaires ».

La professeure Ngongo Fatuma, secrétaire général de l’Université Evangélique en Afrique (UEA), lors de son mot d’ouverture de cette conférence à remercier les organisateurs et insister sur l’investir dans la paix.

« Nous restons convaincus que ceux qui veulent la paix doivent investir dans la paix en semant la paix ; une des voies est celle d’investir dans la jeunesse en l’éduquant à la culture de la paix. Ce genre d’activités a son pesant d’or en cette période préélectorale souvent nourris par des discours manipulateurs des politiciens avides du pouvoir vis-à-vis de la jeunesse qui malheureusement se laisse manipulée.»

« Nous devons nous tous lutter contre l’instrumentalisation de l’identité tribale ou ethnique dans nos universités », a martelé le professeur Godefroid Muzalia.

Il convient de noter que l’UEA, qui a accueilli cette conférence, organise à son sein notamment des filières de paix ; cette université organise en faveur de la jeunesse un département de Paix et transformation, et celui de Paix et développement.

Le Centre Africain de Paix et Gouvernance (CAPG) s’est très satisfait par les travaux du jour et a promis de continuer ces activités dans l’objectif de promouvoir la paix et la cohabitation pacifique au sein des universités.

«  Notre Centre est très satisfait du déroulement des travaux de ce jour. Nous sommes encouragés et allons continuer à travailler et accompagner les universités dans cette construction de paix et de cohésion sociale en faveur de notre jeunesse dans nos universités, avec bien sur l’accompagnement de notre partenaire la MONUSCO.», a noté Me Lebon Chebweru, le secrétaire permanent du CAPG.

«  Je me réjouis pour le travail d’aujourd’hui dans cette université, je parle de l’UEA, qui m’a personnellement formé, qui continue à me former et qui m’a communiqué la passion de travailler pour la paix ; elle a investi en moi, en me dotant d’un bagage nécessaire quant à ce. Je remercie, au nom du CAPG, la MONUSCO qui a bien accepté d’accompagner financièrement ces activités, mais également les autorités de l’UEA, je cite le recteur le professeur Gustave Mushagalusa mais aussi la professeure Ngongo Fatuma, Secrétaire général académique qui s’est rendue disponible pour nous ici malgré les taches pressentes de cette dernière semaine de l’année académique », a conclu Bienvenu Karhakubwa, président du CAPG, dans son mot de clôture.

Les participants pour leur part ont manifesté leur satisfaction et ont souhaité voir ce genre de formation et informations continuer dans les milieux universitaires. Ils ont recommandé aux organisateurs notamment de leur disponibiliser un guide contextualisant les conflits en milieux universitaires, une sorte d’outil stratégique pour comprendre les conflits en milieux universitaires et comment en faire face, pour favoriser y la cohabitation pacifique et la cohésion sociale.

Cette même conférence va se poursuivre à l’Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR Bukavu) le jeudi 26 et à l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP Bukavu), le vendredi 27 juillet 2018.

En dehors des conférences dans les universités, ces activités de lutte contre les violences communautaires en milieux universitaires prévoient aussi une compétition de football féminin qui oppose ce mercredi 25 juillet 2018 (de 8h30 à 12H00) l’Université Catholique de Bukavu (UCB) à l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu (ISP Bukavu) et l’Université Évangélique en Afrique (UEA) à l’Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR Bukavu). Les deux équipes des étudiantes qui vaincront s’affronteront en final le samedi 28 juillet 2018 dans la matinée. Tous ces matchs qui s’inscrivent dans le cadre du sport pour la paix et la cohabitation pacifique dans les universités se tiendront au terrain de l’ISDR Bukavu.

Adresses

Quartier Panzi, Commune Ibanda, Bukavu, République Démocratique du Congo
B.P: 465 Cyangugu/Rwanda
3323 Bukavu, Sud-Kivu/RD Congo

:+243 99 4223128
: infos@uea.ac.cd
UEA-QRCODE
Espace Etudiants

© Copyright 2022 UEA-Bukavu Tout droit reservé.

UEA-Web service